Le travail du prévisionniste météo

Le travail du prévisionniste est complexe, il demande un certain nombre de connaissances théoriques importantes et suffisantes, qu'il assimilera tout en long de sa formation (que ce soit en suivant le cursus habituel ou en tant, qu'autodidacte) et qu'il restituera ensuite en pratique, dans l'élaboration des prévisions sous plusieurs formes, à très courte, courte, moyenne et plus longue échéance et, à des échelles plus ou moins différentes.


Ses outils principaux, sont les paramètres atmosphériques bruts issus de certains modèles numériques (GFS, CEP, Arpège, GEM, UKMO...), liés eux-mêmes à des supercalculateurs, qui devront être choisi méthodiquement, selon la situation météo à anticiper et mis en corrélation, pour en produire manuellement, au travers des connaissances théoriques et de l'expérience, mais aussi dans une certaine mesure de ses propres ressentis et intuition, une prévision.

Entre autre et pour faire simple, un supercalculateur va récolter de nombreux relevés météo aux 4 coins de la planète à un instant " T ", lesquels au travers d'algorithmes et de milliards d'opérations, vont permettre de simuler l'évolution la plus probable de l'atmosphère, en partant de " 0 " et jusqu'à une certaine échéance maximum choisie. Plusieurs scénarios sont ainsi générés et proposés chaque jour, qui constitueront ainsi la matière première pour l'établissement des prévisions météo, quelles soient automatisées ou expertisées.

 

Une prévision peut demander seulement quelques minutes de travail en situation calme, mais parfois beaucoup plus de temps et de suivis réguliers, durant certaines périodes de l'année où les phénomènes météo s'avèrent parfois assez complexes, plus fréquents et notables, voire violents.

L'expertise humaine est donc primordiale et ne peut à l'heure actuelle, être remplacée totalement par un système de génération de prévisions automatiques, dans la mesure ou la réanalyse des données, leur affinage, et certaines décisions importantes qui doivent être prises face à une situation météo délicate, requièrent absolument l'intervention de l'homme.

 

C'est un métier qui n'est pas toujours facile et assez chronophage, souvent assez mal considéré par le grand public à cause de nombreuses idées reçues, croyances aussi, par manque de connaissances et au travers de nombreuses incompréhensions, mais qui est pourtant essentiel depuis des décennies dans la protection des biens et des personnes, pour différents corps de métier qui ont besoin de la météo pour s'organiser et, plus simplement, pour connaître le temps qu'il fera le lendemain et, pour les prochains jours.

 





 

Le déroulement d'une prévision en image de A à Z

1) Les instruments de mesures et la récolte des données

6322-ISS-VANTAGE-PRO2FR.jpg
unnamed.jpg
8570.png
064650c3a0_60290_satellite-meteorologiqu

Stations météo

Ballons sondes

Bouées météo

Satellites

87584250420061000.jpg
HM0t67y_KpqytpFVyKraw1x4X2k.jpg

Navires métérologique

Avions météo

Il en va s'en dire que contrairement aux idées reçues, que le nombre de moyens de mesure météo à considérablement évolué en quelques décennies, avec de très nombreux relevés effectués chaque jour et à chaque instant, partout dans le monde, à la surface de la terre comme dans les airs ou bien par certains satellites gravitant autour du globe.


 

Tous ces relevés, sont ensuite acheminés et récoltés pour être traités par différents supercalculateurs, lesquels seront grosso-modo chargés d'en sortir des scénarios météo, dans le but de prévoir l'évolution future de l'atmosphère la plus probable. En résultera un modèle météo, totalement lié à son supercalculateur (GFS, ECMWF, UKMO, GEM...), qui permettra de proposer une panoplie de tous un tas de différents paramètres bruts, qui seront ensuite utilisés d'une part, au travers de scripts et d'algorithmes, pour produire la plupart des prévisions automatisées, trouvables et consultables à tous moments, sur un nombre incalculable de sites et d'applications.














De l'autre, ces paramètres (aussi nommées données brutes), seront aussi utilisées et mis en corrélation par les prévisionnistes, pour en produire manuellement des prévisions plus fines, expertisées au travers de ces connaissances et d'une méthodologie rigoureuse et donc, dotées d'une fiabilité qui sera plus accrue que l'autre système de traitement. Dans ce dernier cas de figure, le temps pour délivrer une prévision sera logiquement bien plus long qu'un script automatisé et il faudra dès lors des moyens humains suffisants pour répondre à la demande.

46ea282923_55749_supercalculateur-bullx.

Supercalculateur météo

2) Le traitement des relevés et la création des données météo brutes

grilkle.jpg

Grille de paramètres atmosphériques bruts (source : Meteociel)

Enfin le prévisionniste météo, qu'il soit employé dans une institution ou totalement indépendant, devra tout mettre en œuvre pour anticiper les événements météo à venir avec le plus de précisions et de rigueur possible et devra produire les prévisions qu'ils lui sont demandés, mêlant connaissances, méthodologie, observations, prise de décisions, sens de la déduction et analyses. C'est un métier, une passion aussi et une science encore bien jeune qui est en constante évolution.

5ede7c9c88e2a_previsioniste-meteo-france

Un prévisionniste météo en poste derrière ses outils de travail